Plantes médicinales et aromatiques : Plus de 2,26 millions de DH pour un référentiel national

La Chine compte sur le Maroc pour dynamiser la Route de la soie
27 mars 2018
L’OCP primé au Forum Africa CEO à Abidjan
28 mars 2018

Plantes médicinales et aromatiques : Plus de 2,26 millions de DH pour un référentiel national

La filière des plantes médicinales et aromatiques est promise à de belles perspectives de développement. L’Agence nationale des plantes médicinales et aromatiques (ANPMA) planche sur un projet de référentiel national dédié. Le projet est d’autant plus important que l’Agence compte consacrer 2,261 millions de dirhams pour l’étude d’élaboration de ce référentiel. Le marché doit être attribué le 12 avril prochain. «Le développement de la filière des plantes aromatiques et médicinales nécessite des efforts considérables dans la promotion, la R&D et l’innovation qui représentent des facteurs principaux de croissance et de compétitivité pour une meilleure valorisation de ce patrimoine naturel national», explique l’institution. C’est dans ce cadre que l’ANPMA juge «important» d’élaborer un référentiel dédié à la filière. «Cet ouvrage permettra d’identifier, cartographier et caractériser les plantes médicinales et aromatiques nationales pour les différentes utilisations», indique l’Agence. Selon ses données, le Maroc est le 12e exportateur mondial avec pas moins de 52.000 tonnes de plantes et 5.000 tonnes en huiles essentielles.

Selon l’Établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE), les principaux produits exportés sont les caroubes, l’huile d’argane, le romarin, le thym, les huiles essentielles et la rose. Sauf que les efforts restent timides, selon le régulateur, l’essentiel de la valeur ajoutée étant produite à l’étranger. Par ailleurs, la chaîne de valeur est jugée «très complexe» et fait intervenir plusieurs acteurs aussi bien en termes de ressources (plantes médicinales et aromatiques) que de la valorisation. Pour la ressource, l’exploitation anarchique et intense combinée aux effets des changements climatiques fait que les stocks régressent d’une année à l’autre mettant en péril plusieurs espèces, dont l’origan, le pyrèthre et la camomille. Le pays dispose d’un important patrimoine en plantes médicinales et aromatiques dont l’endémisme est marqué. Les états actuels chiffrent les plantes à potentiel aromatique et/ou médicinal à près de 400 variétés.

Source Le Matin

Imprimer